Plan du site  -  © Madame_Dulac / Remlug  -  Mentions légales Chartres Chartres (28-Eure-et-Loir) "Un lieu sacré, avant d'être utilisé par l'homme pour ses rituels,  fonctionne à l'état naturel comme point d'échange des forces entre la  terre et le ciel. Les rituels humains, quels qu'ils soient, ne font  qu'intensifier le processus et le mettre à la disposition des vivants. Le  bâtiment, temple ou église ou tout autre nom qu'on lui donne, est un  appareil qui démultiplie encore, à la fois le phénomène naturel et l'action  humaine qui s'y déroule éventuellement. Cet appareil doit être en prise  avec le lieu.  Un lieu peut se passer des hommes et de l'appareil. L'appareil ne peut  se passer du lieu, ni des hommes pour son entretien. Les hommes  peuvent utiliser le lieu en se passant de l'appareil. Ils peuvent aussi se  passer de l'un et de l'autre à partir d'un certain stade d'évolution. La  conjonction des trois, lieu, homme et appareil, permet (parfois) des  miracles, lesquels n'existent pas, étant les effets de lois naturelles  intelligemment mises en œuvre."  La première occupation du pays chartrain remonte au  Paléolithique, mais c’est du Néolithique que nous provient  le plus de vestiges : les fouilles du quartier d’Aboville, situé  dans la plaine et séparé du plateau rocheux par l’Eure, ont  mis à jour une abondance d’objets d’une période appelée  Campignienne, qui se situe aux environs de – 4 800. Il  n’est donc pas étonnant que mes ressentis  radiesthésiques m’aient indiqué la présence d’un  mégalithe sous le parc du Clos Pajot.  Le plateau chartrain est, à lui seul,  un immense mégalithe lancé à  l’assaut du ciel. Cet état de fait, plus  les courants telluriques puissants le  parcourant, ne pouvaient laisser nos  ancêtres indifférents, et c’est  probablement à cette époque que fit  son apparition le premier enclos  sacré. Ces forces naturelles en font  un haut lieu, et je citerai encore une  fois Robert Graffin :  « Cuiridh mi clach air do chàrn », « Je déposerai une pierre sur ton cairn »,  dit-on en gaëlique. Cairn, mot dont l’étymologie nous donne comme base  KARN, la colline ou bien le tas de pierres. C’est ce que je vais m’efforcer de  faire. Karn, cairn, carnutes, Chartres. Je me servirai pour cela de mon savoir,  acquis dans les livres, de mes connaissances, trouvées dans  l’expérimentation et le ressenti, et de quelques sites, dont celui de monsieur  Bernard Gaste, qui m’en a aimablement donné l’autorisation, et je vous  invite à le visiter. Si vous désirez une description complète du sanctuaire,  c’est ici. Nos ancêtres pré-celtiques se sont donc servi du lieu pour intensifier un  processus dont le but me semble être d’accéder à des états modifiés de  conscience. L’histoire de la construction de l’appareil ne restera  qu’humain.  L’époque celtique  nous montre  Chartres,  Autrikon, comme  une importante  cité des Carnutes  (peuple de la  Gaule établi entre  la Loire et la  Seine). La  principale cité,  selon les fouilles  archéologiques,  restant Cenabum, ou Orléans, qualifiée d’« emporium des  Carnutes » par Strabon. Le nom pré-gaulois de l’Eure,  Autura, nous a probablement donné Aut(u)rikon, où le  «pont sur l’Eure». Romanisée en Autricum, la cité devint  plus importante. Protégée par des buttes de terre, elle était  alimentée en eau par deux aqueducs, on y trouvait  également un important amphithéâtre, au moins un forum  ainsi que des temples, le principal étant parait-il dédié à  Coré, la Perséphone des grecs.  Temples, certes, mais contrairement à ce qui est prétendu, aucune  preuve de la présence d’un quelconque culte druidique, encore moins  d’une assemblée de druides en ce lieu, si ce n’est par la légende. Nul  témoignage de vierge noire, de puits sacré, de mégalithe, avant au  moins le XII ème siècle, et César ne mentionne jamais Autricum, mais  le pays Carnute : « Ji (Druidi), rerto anni tempore, IN finibus carnutum,  quœregio totiusgalliœ média habetur, considunt in loco consecrato. »     « Chaque année, à date fixe, ils (les druides) tiennent leurs assises en  un lieu consacré, dans le pays des Carnutes, qui passe pour occuper le  centre de la Gaule. »  Certains auteurs proposent Lèves, Dreux, Senautes ou bien Alluyes  pour le collège général des Druides. Mais enfin, il est vrai que nulle part  ailleurs il n’y a concentration aussi importante de monuments  mégalithiques qu’autour de Chartres. Finalement, les légendes sont  souvent très explicites, soyons-en persuadés. La vierge devant  enfanter, la virgini pariturae dans sa grotte sacrée, les pieds posés sur  la puissante vouivre et la tête reliée aux étoiles, nous offre un voyage,  qui, s’il ne peut être perçu par le premier venu, se présentera déjà à  l’initié comme la première étape de la connaissance de soi : « visita  interiora terrae rectificandoque invenies occultum lapidem ». L’alchimie  peut commencer. - présentation La cathédrale Notre-Dame - présentation - le puits des Saints-Forts - les cryptes - les Vierges - les sculptures étonnantes - la symbolique du vaisseau - le labyrinthe - la légende La cathédrale Notre-Dame, suite : la légende... Cathédrale Cathédrale - facade Tour Cathédrale Cathédrale - Portail royal Chevet Cathédrale - Arcs-boutants Localisation Ville la plus proche : CHARTRES [28 - EURE-ET-LOIR] [Code INSEE - 28085] Site web de l’office de tourisme http://www.chartres-tourisme.com/ adresse : rue du cloître Notre-Dame (voitures : rue de Bethléem) 28000 CHARTRES Position GPS : 48°26'50.6"N - 1°29'14.1"E coordonnées décimales : Latitude : 48.447788 Longitude : 1.487839 Cliquez sur le picto ci-contre pour voir la localisation sur Google Earth. Vous devez avoir téléchargé celui-ci page de téléchargement Google Earth Sources et compléments : Photos : Madame Dulac Chartres web TV Les Chevaliers Carnutes - Chartres Architecture religieuse en Occident - Chartres Cathédrale de Chartres - description France Secret - Chartres insolite Symbolique de la cathédrale gothique de Chartres (reprise du livre de Louis Charpentier) Philippe Gavet - Chartres  (plan de Fulbert) Films de Bernard Gaste Jacques Bonvin : «Vierges noires» René Quérido : «L’âge d’or de Chartres» Louis Charpentier : «Les mystères de la cathédrale de Chartres» Emile Mâle : «Notre-Dame de Chartres» Roger Joly : «La cathédrale de Chartres avant Fulbert» Georges Prat : «L’architecture invisible» Stéphane Cardinaux : «Géometries sacrées» Eugène Lefevre-Pontalis : «Le puits des Saints-Forts et les cryptes de la cathédrale de Chartres» Eugène de Buchère de Lépinois : «Histoire de Chartres» Accès et horaires (sous réserves de modifications) La Cathédrale est ouverte de 8h30 à 19h30 toute l'année. Ouverture jusqu’à 22h de juin à août, les mardis, vendredis et dimanches dans le cadre des «Soirées autrement». Visites guidées de la Cathédrale : individuels : du 1er avril au 31 octobre : 10h30 (sauf dimanche et lundi) et 15h. Du 1er novembre au 31 mars : 14h30 tous les jours (sauf Noël et jour de l’An). Jamais de visites pendant les célébrations religieuses. Le labyrinthe est accessible tous les vendredis, du 1er vendredi de Carême au dernier vendredi d'octobre.   Service Accueil - Visites de la cathédrale. BP131 - 24 Cloître Notre-Dame 28003 Chartres cedex Tél : +33 (0)2 37 21 75 02 Fax : +33 (0)2 37 21 21 51 courriel : visitecathedrale@diocesechartres.com www.diocese-chartres.com   accès handicap

Afficher
Lieux Sacrés sur une carte plus grande
Lien vers la carte Lieux-Sacrés
Desktop weather
Cliquer sur l’image pour afficher les prévisions complètes, puis cliquer en bas à droite pour revenir sur cette page.